mardi 8 août 2017

Monseigneur Louis Robert (Antoine Bontoux sculpteur)

Ce soir, sur Ebay, est vendu un buste d’Antoine Bontoux (1805-1892) représentant Mgr Louis Robert (1819-1900), évêque de Marseille de 1878 à 1900.

Antoine Bontoux, Mgr Louis Robert
Buste en plâtre patiné, 1887

Le 25 août 1887, le clergé marseillais offre à son évêque un buste en bronze à son effigie. Pour cela, il s’adresse au vieil Antoine Bontoux, professeur de sculpture à la retraite. Le prélat porte la calotte et la croix épiscopale ; quant au piédouche, il exhibe son monogramme « LR » et la signature de l’artiste.
Dans le même temps, Antoine Bontoux réalise une ou plusieurs réductions en plâtre patiné terre cuite ou médaille. Ces versions, hautes de 45 cm, sont vraisemblablement destinées au commanditaire ou aux souscripteurs les plus importants. Le buste actuellement en vente est affiché au prix de 250 euros.

mardi 1 août 2017

Paul Verlaine (André Verdilhan sculpteur)

En 1906, le sculpteur André Verdilhan (1881-1963) effectue ses premiers pas sur la scène artistique parisienne en exposant au 22e Salon des Indépendants, haut lieu de l’avant-garde. Il y présente six œuvres dont un buste en plâtre de Paul Verlaine (1844-1896 – n°5526). L’année suivante, se tient à Marseille le Salon de Provence, première manifestation d’art moderne de la cité phocéenne où un « symbolisme quelque peu énigmatique » côtoie un « révolutionnarisme intempestif » selon le critique Ferdinand Servian (1861-1934)[1]. L’exposition se déroule du 15 février au 15 mars 1907, dans l’ancien hôtel de la Caisse d’épargne sis au 11, rue Nicolas (aujourd’hui Édouard Delanglade), sous le patronage – entre autres – du sculpteur Auguste Rodin (1840-1917) et du fondateur du Salon d’Automne Frantz Jourdain (1847-1935). André Verdilhan y montre trois sculptures, notamment son Paul Verlaine (n°36).

André Verdilhan, Paul Verlaine, buste en plâtre, 1906
Collection particulière

Dans son article, Ferdinand Servian loue ses qualités : « Deux jeunes sculpteurs se signalent particulièrement l’un par l’acuité de son analyse, l’autre [Marius Malan, 1872-1940] par l’équilibre, la santé de sa technique où l’imagination et le pouvoir d’expression manuelle se maintiennent dans un état de parfaite tranquillité. Le premier, M. André Verdilhan, nous offre Coup de Grisou [n°38], d’une anatomie un peu confuse mais michelangélesque ; La Morte [n°37], masque impressionnant animé par le souffle de l’art, et Paul Verlaine, au front dominateur, au visage d’ascète laïque [sic]. Le jeune artiste nous est apparu là comme un Carrière de la sculpture, tant il semble avoir transporté dans son propre domaine la conception picturale de l’auteur du poème social. »[2] La référence au peintre symboliste francilien Eugène Carrière (1849-1906) est d’autant plus pertinente qu’il est lui-même l’auteur d’un portrait de Paul Verlaine.

Eugène Carrière, Paul Verlaine, huile/toile, 1880
Musée d’Orsay, Paris

Suite à cette exposition, se forme un comité composé d’écrivains, de musiciens, de peintres et d’amateurs d’art pour ériger un monument à la mémoire de Paul Verlaine ; on y trouve Frantz Jourdain, le poète François Coppée (1842-1908), le ministre dreyfusard Henri Bresson (1835-1912), le député Edmond Lepelletier (1846-1913) apparenté à Verlaine ou encore les peintres marseillais Louis-Mathieu Verdilhan (1875-1928) et Louis Audibert (1880-1983). Ce dernier, propriétaire de la campagne Carlevan sur la commune d’Allauch où doit être élevé ledit monument, coordonne les efforts du groupe qui prend le nom d’Académie d’Allauch. Par une lettre datée du 18 mars 1908, le comité sollicite le conseil municipal qui lui accorde, le 29 mars suivant, un emplacement sur l’esplanade des Écoles, une subvention de 100 francs et la concession d’un bloc statuaire. Le monument se composera du buste en marbre de Paul Verlaine d’André Verdilhan dressé sur une stèle de trois mètres avec une Muse pensive devant. Dans la foulée, le 31 décembre 1908, un arrêté ministériel accorde une allocation de 400 francs à cette œuvre.
Pourtant partie sous de bons auspices, l’érection du monument n’aboutit pas. Le 18 avril 1912, le ministère des Beaux-Arts s’inquiète de l’inauguration. Le préfet des Bouches-du-Rhône, après enquête, lui apprend que l’œuvre reste inachevée et le comité dissous. La municipalité d’Allauch qui conserve la pierre allouée, à peine ébauchée, est prête à la restituer ; quant à la subvention de l’État, elle est annulée le 6 juin 1912.



[1] Ferdinand Servian, « Beaux-Arts. Le Salon de Provence », Le Sémaphore de Marseille, 7 mars 1907.
[2] Idem.